Prêt ? Pour la descente aux enfers…

Inferno (inédit)Ah mes chers amis, quelle histoire cette sortie prochaine d’IINFERNO, je suis dans tous mes états, je vais vous narrer les circonstances de sa découverte...

Quand mon ami le professeur Ettore Delsedere laissa un message sur mon portable, sur l’instant je n’avais pas compris son contenu. Non pas que j’ignorasse la langue italienne, d’autant qu’Ettore s’exprime dans un français des plus académiques, mais il faisait état d’une trouvaille extraordinaire, de manuscrits et de dessins qu’il venait de trouver chez un chiffonnier de Bologne. Il y avait tant d’enthousiasme dans son message qu’il en bredouillait et que certains mots étaient amputés, rendant leur compréhension difficile. Je l’imaginais tapant mon numéro d’un index fiévreux et tremblant.

Amateur compulsif de vieux papiers, fouillant des liasses, remuant des caisses, effondrant des piles, mon ami Delsedere occupe ses loisirs à courir les remises ou soupentes qu’on lui signale, à la recherche permanente d’écrits de toutes sortes, d’imprimés de toute nature pourvu qu’ils soient anciens. Il remplit sa vieille Alfa et dépose le tout dans un garage, véritable caverne aux trésors si on l’en croit.

Une fois revenu à Bologne, il m’appela à mon bureau et ce fut à mon tour d’être subjuguée. Delsedere prétendait qu’il avait mis la main sur un manuscrit inédit de George Sand. Ses premiers déchiffrements le portaient à croire que nous étions en présence d’un érotique dans la veine de l’époque. Pour attiser ma curiosité, il m’expédia une photo de la liasse en question. Un ruban de tissu rose passé, frangé de dentelles mitées, servait de lien à quelques feuillets pliés. Le jaune fané du papier indiquait que ce joyau avait été conservé dans des conditions approximatives.

détail
détail

Rendez-vous fut pris à la foire de Francfort, l’événement le plus proche où nous pouvions nous rencontrer.

Je retrouvai Ettore dans une allée de cette manifestation, mais son enthousiasme avait laissé la place à une humeur maussade ; je ne l’avais jamais vu aussi las et découragé. Il avait signé son dernier ouvrage, consacré à Dante, durant tout l’après-midi. Mais ce n’était pas les lecteurs qui le déprimaient. Il m’avoua qu’à l’occasion des rencontres avec les professionnels présents, il avait fait part de sa découverte et de l’intérêt qu’il y aurait à publier ce trésor inédit. Moues dédaigneuses, silences et sourcils levés, incrédulité insultante avaient accueilli sa proposition. Après quelques bières au bar, le sourire lui revint. Ayant copieusement injurié en bas toscan tous ces peigne-culs du papier, il me confia la mission d’éditer son trésor en version numérique. J’acceptai avec enthousiasme en le remerciant de sa confiance.

Voilà la raison pour laquelle SKA est très fier de présenter en exclusivité cet inédit érotique de George Sand.

Prochain épisode du lancement : Une interview exclusive du professeur Delsedere.
Illustration de Marie Brizard (détail)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :