La peau sur les mots

La peau sur les motsConnexion entre deux écrivains. Une œuvre à deux voix, magistrale !

D’octobre 2004 à mai 2007, alors que celui-ci était emprisonné à Fresnes, Hafed Benotman – alias H.B. Murdos – et  Brigitte Guilhot – alias M.B. Lupa – ont entretenu une correspondance intense ponctuée de rendez-vous au parloir qu’ils appelaient le cube. Entre recueil poétique et récit fragmenté, La Peau sur les mots rassemble des extraits intimes de cette correspondance passionnée de haute volée littéraire. Il y a chez ces deux-là une fascination réciproque née de l’Écriture, un « Jeu du Je » en miroir si puissant qu’il traverse les murs de l’enfermement et touche leurs corps. C’est un ballet intime d’une érotisation et d’une sensualité exacerbées par l’attente de la distribution du courrier et des face-à-face entre les quatre murs du cube. 

H.B. Murdos :
J’attaque la mémoire de tes lettres. Je les relirai en piochant dans l’une et l’autre comme on picore un buffet à volonté, durant les heures que nous allons passer ensemble et sur le côté, je mettrai mes réponses comme des petits os, de fines arêtes ou des noyaux d’olive. J’aime bien t’écrire de cette façon, en me remémorant quand bien même rien ne m’interdit de vérifier que tu abordes bien tel ou tel sujet. J’aime bien aussi quand l’écriture m’attrape et me met au pied de ton mur et que je sais que c’est maintenant que je vais partir à t’écrire en passe-muraille.
J’aime bien, toujours plus, t’avoir dans mes pattes, te sculpter en te malaxant les épaules, en saisissant un bout de toi, un morceau de ta chair. J’aime ça, tu vas bien à mes mains. En t’écrivant cette phrase simple, je suis en état d’éborgner d’une seule érection tous les geôliers du monde.

M.B. Lupa :
J’aime la façon dont tes doigts me sentent, me décodent, me mesurent, m’analysent, me devinent…
Je ne suis rivale d’aucune femelle. Si j’ai un territoire amoureux à défendre, j’écris un livre. Et si tu me fuis, j’écrirai encore plus sans me soucier de pour quoi et pour qui tu me fuis. Je prends ma vie comme une matière que je travaille pour en faire des mots, des poèmes et des idées et je me sers de qui je suis pour donner à voir à celui ou celle qui me lira quel être il ou elle est. C’est pour cela qu’à partir d’aujourd’hui mon nom est M.B.Lupa, car ma vie n’est qu’un matériau au service de l’Écriture. 

La peau sur les mots, Brigitte Guilhot et Hafed Benotman, correspondance (fragments), collection Mélanges, 3.99
9791023404142

Clic sur le logo pour accéder au téléchargement
Clic sur le logo pour accéder au téléchargement

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :