Fausse septique

Fausse septiqueElle s’épanche en public et observe le monde autour d’elle…

J’ai donc appris de bonne heure à faire mes petits besoins en public. Ce qui pour une fille n’est pas des plus commodes. Dire que je banalise serait impropre. J’ai toujours été infiniment pudique. Même là, pleine rue, dans le dos de Beaubourg, à trente ans révolus, sur le coup de midi, avec les feux, le passage clouté, la bouche de métro, les gaz d’échappement, le bruit, le froid, le musée de la Poupée à deux pas, et tous ces gens qui me lorgnent en faisant mine d’attendre pour traverser.

L’univers littéraire de Deblaise est noir, d’une noirceur sans concession. Mais derrière le désespoir, c’est une invitation à traquer la moindre lueur à l’horizon.

Fausse septique, Philippe Deblaise, nouvelle, collection Noire sœur, 1.49 €
9791023404517

Clic sur le logo pour accéder au téléchargement
Clic sur le logo pour accéder au téléchargement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :