À la Sainte-Valentine, on se câline !

Sainte ValentineSainte Valentine 2016

A la Saint Valentin, on se fait des câlins. sKa met en avant sa collection Culissime, placé sous les auspices d’Eros, qui exalte le sexe – littéraire il est vrai – mais bien réel dans ses représentations. Au-delà du leurre des mamours de surface, c’est quand même bien le coït, le véritable aboutissement de toute passion amoureuse. Lire à deux sous la couette, un doux plaisir…

Clic sur le logo pour accéder au téléchargement
Clic sur le logo pour accéder au téléchargement

Dans les premières semaines de son existence, sKa a donc souhaité sacrifier au rite un brin cucul de la Saint-Valentin. La Saint-Valentin : ses débauches de rubans rouges, de souhaits obligés, de bonheur obligatoire, de petits cadeaux futiles en forme de cœurs dorés… Il manquait, au-dessus des flots rouges de la convention marchande, le gris désabusé d’un océan démonté, aux quelques traînées de rose renforcées de quelques bonnes giclées rouges au couchant pour la passion charnelle, sous un gros nuage noir, très noir.
Mettons du carburant dans le moteur du monde. L’amour, moteur du monde, la belle illusion. Badigeonnons de noir, ce rose ou ce rouge. Abordons ainsi l’autre versant, celui de la rupture, de l’absence, du chagrin, de l’amertume et de la déception. Pour le meilleur, qui ne dure jamais longtemps. Pour le pire, à peu près certain. Il suffit bien souvent de laisser Chronos faire son œuvre. sKa va contribuer à vous faire passer ce temps, n’ayez crainte même si Thanatos rode derrière les colonnes de la félicité commerciale.
Comment les auteurs sKa font-ils sa fête à Saint-Valentin ? Un peu à l’antique, quand les prêtres nus de Junon couraient les rues, en touchant les jeunes filles… Avec des roses rouges, épines incluses, quoiqu’il y ait aussi des fleurs bleues chez sKa…
Paul Colize voit l’amour comme une fantaisie courte, une rafale de sms ; Jan Thirion ne se lasse pas d’essayer ; Max Obione barbote et soupire ; Claude Soloy n’est jamais rassasié de passion plastique ; Franck Membribe compte sur la SNCF pour arriver à l’heure, mais ne sait pas où tandis que José Noce se laisse embarquer dans l’Orient Express ; Antoine Blocier, forcément, voit l’amour comme une manifestation ; Nigel Greyman essaie de séparer émotion et sensation ; Ava Ventura suit de troublantes senteurs à la trace ; Pascal Jahouel, lui, compte sur les réseaux sociaux, mais… Jeanne Desaubry, ambitieuse, se prend pour Beckett et attend ; Gérard Streiff nous rappelle à l’ordre ; Jean-Marc Demetz rêve, tandis que Zolma chante.
Miss Ska

Sommaire

Chercher Titine, par Max Obione
Promenade sensuelle, par Ava Ventura
Accouplements furtifs, par Paul Colize
Chassé-Croisé, par Jan Thirion
Mythique ! par Pascal Jahouel
LISOU-LISA, par Claude Soloy
Trop belle excentrique, par Franck Membribe
Orient Express, par José Noce
Elle est mon phare, par Jean-Marc Demetz
À l’amour comme à la guerre, par Jeanne Desaubry
Un goût de Rose, par Nigel Greyman
Cyberamour, par Zolma
Mariage pour tous, par Antoine Blocier et Jeanne Desaubry
1349 : Le Massacre de la Saint-Valentin, par Gérard Streiff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :