Gueule cassée

Gueule casséeRescapé de l’enfer de Verdun, il n’est pas seulement défiguré, il est mort vivant.

Une nuit, la septicémie l’avait enlacé dans une longue étreinte mortelle. La fièvre le faisait divaguer. Léon avait tendu l’oreille. C’était incompréhensible, même si le mot « maman » revenait souvent. Léon ne connaissait que trop ce dialecte des derniers instants. Ce sursaut de vie sortait de tous les corps agonisants en un torrent de paroles insensées avant le râle fatidique. Alors Léon s’était rendormi. Même la mort, il s’en foutait.

Peut-on encore mesurer l’horreur de la guerre quand le temps recouvre peu à peu les souvenirs ? Les combattants de la Grande guerre sont revenus bousillés, cassés dans leur chair et dans leur crâne. Sébastien Gehan évoque avec délicatesse et talent les affres d’un « revenant » au visage défiguré.

Gueule cassée, Sébastien Gehan, nouvelle, collection Noire sœur, 1.49 €
EAN 9791023404883

Clic sur le logo pour accéder au téléchargement
Clic sur le logo pour accéder au téléchargement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :