L’amour explosif de la capitaine Pubis

Le baiserPaul Maugendre rend justice à La grande déculottée, dernier texte de Jan Thirion publié quelques jours avant sa mort.

Jamais trivial, tout est en pudeur et en retenue (si l’on peut dire !), La grande déculottée est un conte grivois, moral, tournant la guerre en dérision, ce qui n’est pas dérisoire, usant d’un humour caustique, d’une ironie mordante, prônant une guerre en dentelle, avec parfois des accents oniriques.
Ce qui pourrait être une bluette est en réalité un réquisitoire contre la guerre et toutes les vicissitudes qu’elle engendre. Ode à l’amour, charnel, et surtout à l’encontre des soldats qui ont l’honneur de se trouver au premier rang des combats, sans compensation, alors qu’à l’arrière les militaires en chausson se prélassent dans les divans des belles respectueuses.
Jan Thirion nous propose une utopie qui malheureusement ne jamais se réalisera. On ne pourra que le regretter. Ce serait trop beau si un jour cela pouvait se réaliser. Et s’il revisite la Grande Guerre, Verdun, Amiens et autres endroits où le courage des soldats était à la hauteur de l’incompétence de leurs chefs, c’est bien pour leur rendre hommage, mais également au rôle parfois méconnu de certaines femmes qui savaient remonter dans l’ombre le moral des troupes.

 

Lire l’article en entier

Accéder à la librairie numérique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :