Les égarés

Les égarésLes traumas de la guerre ont la vie dure, des bombes à retardement mentales…

La mère prit son couteau, l’enfonça dans l’œil de la bête. Elles attendirent en silence que le sang ait coulé alors qu’arrivaient, attirées par l’odeur, les poules prêtes à picorer les restes.
Elle incisa la fourrure par les pattes arrière. Elle découpa délicatement la peau autour des chevilles sans abîmer les tendons pour préserver les muscles. Elle continua d’entailler et tira la fourrure d’un coup sec.
C’était ce moment-là que préférait Francette : c’était comme si on enlevait son pyjama au lapin.

L’écriture de ces nouvelles n’élude jamais ce qui pourrait nous détourner de notre condition d’humain. L’humain, Aline Baudu le regarde droit dans les yeux. C’est là, et nulle part ailleurs, qu’on décèle la signature d’un écrivain.
Fabienne Jacob

La nouvelle Le sable de Djerrah et suivie de Déraillement

Les égarés, Aline Baudu, 2 nouvelles, collection Noire sœur, 1.99 €, EAN 9791023405330

Clic sur le logo pour accéder au téléchargement
Clic sur le logo pour accéder au téléchargement

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :