Un presque joli conte de fesses

Au pays merveilleux de la gaudriole, la princesse s’appelle Monique qui donne sa langue rabelaisienne à tous les chats gourmands…

Il était une fois une princesse moche comme un pou, de la tête jusqu’au cou.
Mais alors très super bien roulée, en dessous jusqu’aux orteils.
Par exemple elle avait deux nibars melons moulés à la Marylin qui pointaient aux nues dans un décolleté vertigineux, et un petit cul fendu à l’Angelina qui se cambrait aux vents pour un rien.
Elle vivait dans une sorte de bois enchanté quelque part du côté de Montbéliard qu’on aurait pu appeler la zone…

On connait la fantaisie langagière de José Noce et son imagination primesautière. Dans ce conte iconoclaste qui fraye avec les fossés de traverse d’une lubricité débridée, son style vivace fait merveille. Une régalade rigolote !

Un presque joli conte de fesses, José Noce, nouvelle, collection Culissime, 2.99
EAN 9791023406061

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :