Gun

La mésaventure d’un petit commerçant du sexe dont les projets d’expansion ont été brutalement contrariés par la concurrence sauvage…

C’est qu’il voulait causer, ce con ! On cause pas quand on a le canon de mon gun dans le trou de son nez, on chie dans son froc. Il devait avoir des Pampers, ma parole ! Il nasillait des choses que je pigeais même pas. Ses yeux disaient : « T’es pas cap ! » C’était la guerre. Ah ce con, il était pas de taille, sa tête a explosé, ça m’a fait des salissures. Ginette, elle a dit : « C’est-y-pas malheureux de gâcher un si beau costard que j’ai payé à la sueur de mon cul. » J’aime pas quand elle cause de cette manière pas élégante pour une dame du goudron. Elle a sa bouche qui se tord, ça lui fout des rides.

Max Obione affectionne la langue verte aux accents surannés évoquant un autre temps où prospéraient les « julots casse-croûte ». Sa nouvelle est en quelque sorte une parabole dénonçant d’une manière cocasse le capitalisme sauvage et la mondialisation. Un must du genre !

Gun, Max Obione, nouvelle, collection Noire sœur, 2.99
EAN 9791023406108

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :