Les amours ansullaires

Les apprentissages sensuels d’une fille au père sur l’ile de Sein…

Cybèle était aussi déjà partie prenante quand Laila lui planta canines et ongles dans ses fesses frémissantes.
Cybèle prit même les devants en écartant les cuisses généreusement, quand Laila tête-bêche lui fouilla la fente noyée de ses doigts fins et lui téta conjointement l’anus en cercles de plus en plus rapprochés.
Jean, à côté, sur le ventre, hoqueta en langage phoque épuisé, puis se rendormit encore plus loin.
Quand Cybèle rendit grâce une heure plus tard en soupirant longuement comme une enfant repue, Laila les yeux exorbités décida de se finir le vertige en se caressant avec les orteils des petits pieds mignons de Cybèle à peine endormie, qu’elle avait fichés en elle comme de petites ventouses huilées…

Avec ce titre impossible, le facétieux José Noce nous entraine sur une ile bretonne battue par les vents et les vagues. Son héroïne, à peine sortie de l’adolescence, apprend avec enthousiasme les rudiments de la jouissance en société. Illustrations d’un hédonisme au goût de sel dans le style « nocien » toujours aussi jouissif. 

Les amours ansullaires, José Noce, nouvelles, collection Culissime, 1.99 € 

EAN 9791023407037

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :