L’étier meurtrier

A défaut d’orties, on peut aussi pousser mémère dans l’étier… Ploc !…

Zaza avait chuté face contre terre et s’était littéralement enfoncée dans la vase. Seules ses gigantesques fesses émergeaient, formant un bas-relief. Si elle n’avait pas rendu l’âme sur le coup, elle s’était étouffée, prise au piège de l’étier, tel un insecte sur du papier tue-mouches.
Bernier rompit le silence :

— Pas vraiment Adjani, notre Isabelle, mais le premier rôle dans L’Étier meurtrier.
— Vous croyez que c’est le moment de rigoler ?
— L’humour est comme le vent. Il peut se faufiler partout.
Le capitaine ordonna aux gendarmes de remonter le corps.

Kirchacker s’emploie à nous tresser une histoire criminelle ancrée dans le terroir la côte atlantique où l’on récolte le sel. humour décalé et suspens… on n’en dira pas plus.  

L’étier meurtrier, Stéphane Kirchacker, nouvelle, collection Noire sœur, 1.99 € 

EAN 9791023407020

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :