Dur à avaler

Travestissement et faux-semblant, la vengeance de cette geisha a de quoi vous couper l’appétit…

La danseuse virevolte dans un kimono ample. Grelier a l’impression qu’elle va s’envoler. La soie brille sous les néons, les couleurs vives du tissu se mélangent, les imprimés aux allures d’estampe – oiseaux, montagnes, arbres – s’animent. Grelier se sent connecté à ce monde, comme s’il trouvait sa place dans un univers qu’il n’a cessé de chercher. Sur cette musique aux airs de berceuse, un chanteur scande maintenant des vocables aussi incompréhensibles qu’harmonieux. Le capitaine de police se délecte de cet abandon. Sans retenue, il a étalé ses paumes sur ses cuisses espérant qu’elle va revenir le harponner. Grelier baigne dans une innocence béate. Et à propos d’innocence, il décide que la suspecte, à l’image de ce visage poudré à blanc, est blanchie. Depuis le temps qu’il l’attend, ce feu qui viendrait le consumer ! Grelier en est convaincu, une histoire d’amour vaut bien cela. Jusqu’au moment où la porte s’ouvre avec fracas…

Nous publions cette nouvelle reprise du recueil de Mauves en Noir 2017 dans laquelle Stéphane Kirchacker nous raconte une affaire apte à vous couper l’appétit, mais pas le plaisir de lire une histoire distrayante. La chute est dure à avaler, effectivement ! 

Dur à avaler, Stéphane Kirchacker, nouvelle noire, collection Noire soeur, 1.99 €
EAN 9791023407419

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :