Les vieilles décences

Les céréales qui leurrent envahissent la plaine… les papys flingueurs font le ménage !…

« Cette terre est morte, elle est stérile aujourd’hui, l’abus des techniques productivistes a ruiné la fertilité de nos plaines, cette terre épuisée ne donne qu’à la condition qu’on la gave de semences pré traitées, d’engrais à haute dose, de produits chimiques de toute sorte. Et ce, pour n’obtenir que des grains de qualité médiocre pour l’alimentation humaine… ».
Le plan suivant montrait une manif. Au premier rang, sous une banderole, on reconnaissait Mornand aux côtés de Septeuil. Daphné Mornand interrompit le visionnage.
— J’ai peur qu’il lui soit arrivé quelque chose.

Une enquête menée tambour battant par un flic haut en couleur et fort en gueule en compagnie d’un juge qui se dessale, tous deux à la retraite. Ils s’en donnent désormais à cœur joie pour débusquer les salauds en appliquant la loi, la Leur !… Max Obione nous donne un polar jubilatoire et écologique, enfin presque question méthode…  

Les vieilles décences, Max Obione, polar, collection Noire sœur, 2.99 €
EAN 9791023407457

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :