Je n’aime pas

Les détestations jubilatoires de Pierre Louÿs déguisé en Père-la-morale…

Je n’aime pas qu’Agnès prenne pour concubine
Sa bonne aux cheveux noirs, gougnotte s’il en fut,
Qui lui plante sa langue au cul comme une pine
Et qui lui frotte au nez son derrière touffu.

Je n’aime pas à voir la belle Bordelaise
Dont la bouche à moustache est un con malgré lui.
Même quand elle suce on dirait qu’elle baise
Et pour peu qu’elle bave on croit qu’elle a joui.

L’anaphore, cette figure de rhétorique répétant ad libitum, à satiété : « Je n’aime pas… », en tête des quatrains de sa litanie d’exécration Pybrac, ne trompe bien sûr personne, car cet antiphraseur ironique, ici génial au demeurant, aime, oui, il aime, il adore, on peut l’affirmer car son œuvre en fait foi, il raffole, il savoure, il jubile, il salive, il bave de jouissance non contenue, il révère, il vénère tout ce qu’il dénonce avec cette gourmandise sensuelle de voyeur de situations scabreuses. (extrait de la préface de Jacques-Henri Denaud) 

Je n’aime pas, Pierre Louÿs, quatrains érotiques, collection Culissime Perle rose, 3.99
EAN 9791023407976

 

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :