Le Pont

Durant la canicule, un fils, tueur de profession, se voit obliger de garder sa mère mourante…

Il fait chier son serin. Il ne tient pas en place, il sautille comme un con, tombe de son perchoir, se couche sur le côté, se redresse puis saute encore, on dirait qu’il va crever aussi, il me donne chaud en plus. Il a chaud pardi. Comme tout le monde dans Mont-Mesly casbah, fichue cité de mon enfance, aux murs isolés avec du papier de chiotte. En plus, des fois, tu as le son quand les Benameur, une fois bien bourrés le jour du RSA, se cognent dessus ou que Miss Nadia au sixième gauche chante Ramona durant la montée vers son pied.[…]

Humour désespéré, rage existentielle sur fond d’amour filial endeuillé : un mélange forcément tendu… et émouvant, magnifié par le talent bien connu de Max Obione 

Le Pont, Max Obione, nouvelle, collection Noire Soeur, 1,99 €
EAN 9791023408157

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :