Origami

Dans la discothèque, des messages cochons chauffent les clubeurs…Tony le videur va devoir faire le ménage…

[…] Je te propose un job… J’ai besoin d’un videur.
Discothèque Vibration, La Châtre, pas loin de Châteauroux, Guéret, juin 1995. Maryse, elle tient l’établissement. C’est la gérante.
Tony apprécie le petit bout de bonne femme, de la gouaille, un peu trop maquillée, la bonne quarantaine mais bien carrossée pour son âge. Elle pavoise avec un décolleté lourd qui attire le regard, des bagouses imposantes à chaque doigt, des ongles félins qui alternent le bleu turquoise et le rose fuchsia. Une fantaisie. Une diva de la nuit. Une grande dame d’après la rumeur du coin.
Videur ! Il sait. C’est pour cela qu’il s’est pointé, elle lui annonce un salaire, huit mille francs par mois mais aussi un petit logement. Une aubaine pour Tony.
La moitié au black, le reste, le fixe déclaré. Puis il y a les pourboires.
Il s’en fout, ce qu’il voit c’est qu’on lui propose un boulot.
Tony est fauché, dort depuis deux semaines dans une chambre de bonniche pour cinquante balles la semaine. […]

Jérémy Bouquin boxe son lecteur avec la même énergie que ses personnages picolent, cognent… et baisent. Son style punchy ne laisse pas respirer, les péripéties glissent sur un toboggan à toute allure. On ne lit pas, on dévale !

Origami ou l’Art du pliage, Jérémy Bouquin, nouvelle, collection Culissime, 2.99
EAN 9791023408652

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :