PROMOS DE JUIN Stockons pour l’été !

Oui, bientôt l’été ! C’est le moment de penser aux lectures estivales et de profiter des promos de SKA ! Téléchargez vos appareils, cela fera de la place dans la valise ou le sac de plage…

VOYAGEURS

Au cours de ses voyages, Claudine Aubrun croque les passagers, Jeanne Desaubry révèle leurs réflexions intérieures fantasmées : un amalgame pertinent qui fait voyager aussi le lecteur… (avant-propos Dominique Sylvain)

Fantasmes – Je n’ai pas ma chance. Cent ans de trop. Sa bouche. Est-ce qu’il sait l’effet que ça me fait ? Non, et il s’en moque probablement. Sur le quai, il y aura une gamine de vingt ans qui l’attendra, les nichons stratosphériques et un ventre plat comme une piste de bowling. Et des fossettes au creux des reins. Bon sang ! il faut que j’arrête de penser à ce qu’ils feront en rentrant dans leur chambrette ou je vais lui mettre la main. Enfin, on peut toujours regarder son voisin en douce, les yeux mi-clos, et rêver, non ?

Claudine Aubrun a publié des dizaines de livres, essentiellement pour la jeunesse. Au gré de ses nombreux déplacements en métro, en train, en avion, elle croque les voyageurs. Les croquis publiés dans ce recueil datent, pour certains, de plus de dix ans. Moments fugaces, inconnus croisés, observés, le regard de Claudine Aubrun est parfois amusé, sensible, toujours bienveillant. Aujourd’hui, elle écrit et illustre ses textes.
Elle a hésité à publier cet album, né de son amitié avec Jeanne Desaubry, éditrice mais aussi elle-même auteure de romans policiers pour jeunes et pour adultes. Depuis longtemps Jeanne Desaubry s’amusait du regard curieux de Claudine Aubrun, et de son intérêt pour autrui. Comme elle, comme vous sans doute, elle s’interroge sur ses contemporains, notamment quand le moment suspendu du voyage lui en laisse l’occasion.
Elles ont voulu partager ces moments éphémères avec vous, quand le coup de crayon irrigue les mots rapides et que se croisent l’imagination de l’une et l’observation de l’autre.

L’ESTRAN D’ELLA

« Il », le tueur arc en ciel, arpente le plancher des algues attendant la venue de sa victime au gout de sel, d’iode et de vent…

Comme si le désir du passage à l’acte n’était que l’assassinat programmé de soi ! Arpentant le plancher des algues, le tueur s’est donné pour projet d’éliminer certaines femmes associées à une couleur. Voici Manon la Verte, princesse des joncs et des reinettes, la Putachatte du canal qui course les chevreuils et que les chacals broutent ; voici la Noire, la Putachiasse gonflée de sucre et ointe de chocolat jusqu’à l’intime ; ainsi Ella, la Putacape rouge, des cuisses à la perruque… « Il », le tueur, avec la complicité de sa mère trompée par un époux indélicat, langue longue dégainée, ne dégomme jamais la couleur ; il en ranime la flamme jusqu’à perdre l’âme dans cet arc en ciel dédié aux gens qui s’aiment ou qui sont en quête de reconnaissance, c’est à dire au genre parfois inhumain.

L’écriture flamboyante de Claude Soloy s’autorisant toutes les audaces stylistiques nous offre ce polar érotique inclassable où toutes les couleurs se mêlent et nous montrent la merveilleuse beauté tapie dans l’inconcevable, l’irrecevable, l’abject… dans un bouquet final ahurissant

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est logo-panier-ska-copie.jpg

PLAGES INTERDITES

Variations littéraires et licencieuses en compragnie de 5 auteurs SKA, autour du thème des vacances à la mer ou ailleurs pour ceux qui ne partent pas en vacances

Grain de sel, grain de sable
Chez Ska, rien n’est interdit. Surtout pas de rêver.
Alors que les vacances d’été se profilent, des auteurs Ska se sont laissés aller à évoquer leurs souvenirs ou à imaginer ce que serait leur plage idéale.
Parfois, ils ne l’atteignent pas : trop loin, trop oubliée, trop douloureuse. Parfois ils s’y vautrent dans la douceur sensuelle d’une chaleur torride.
Puisqu’ils vous y invitent, laissez-vous tenter par ce voyage estival.
Avec Jan Thirion, vous allez remonter le temps vers un passé que des coïncidences réveillent (Le Bikini Jaune). Avec Francis Pornon, ce n’est pas l’enfance, mais la jeunesse d’homme et ses premiers émois (Bougnoule). C’est un présent intemporel que nous offre Max Obione, dans un déluge de lumière corse (Sagnolu) tandis que José Noce nous tire vers un futur redoutable (Voyages d’Affaires). On se remettra enfin de ces affres fictionnelles en se laissant glisser sur la pente des rêveries sensuelles de l’insatiable Oz, le personnage fétiche d’Ava Ventura. Oz, qui ne sait pas voyager sans se laisser emporter par les coutumes locales (Huile et Sable).

Pour vous lecteur fidèle, un recueil dont les cinq histoires sensuelles et estivales raviront vos chaudes soirées d’été. Jeanne Desaubry – Juin 2013

VILLA CONFUSIONE

A Ustica, si le soleil enflamme l’imagination, le limoncello bien frais laisse un goût de bonheur sur la langue.

Un beau jour, le commissaire Garcia Lopez débarque dans l’île enchanteresse d’Ustica au large de Palerme. Il vient prendre possession de son héritage, une somptueuse villa. Un curieux personnage, moitié artiste moitié brigand, le prend alors sous sa protection, aidé en cela par un âne expéditif, un gros chien affreux et un neveu simplet. Et de l’aide il va en avoir besoin lorsqu’une certaine Maève, déesse muette au cou gracile cerclé d’une minerve d’ivoire, importe sur l’île un mercenaire balafré et tout un tas de problèmes existentiels. Sans compter une organisation mafieuse hellénique qui tente de dégommer tout ce binz où trempent : vieux fou illuminé, commissaire de police et épouse reporter, âne et chien de l’enfer, déesse truffée de microfilms, mercenaires de sac et de corde… À cause d’une villa de rêve dans une annexe du Paradis, de la confusion naît un cauchemar aux innombrables dimensions romanesques.

Ce roman picaresque inondé de soleil est à déguster, un verre de limoncello à portée de main, les doigts de pied en éventail… ou sous la couette un jour de crachin breton…

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :