Nihil ex Nihilo

N a endossé la panoplie de Robin des Bois… Big Pharma est la cible de ses flèches…

NIHIL
Il ne pensait à rien. Vide sidéral.
Le rédacteur en chef lui fouettait les mollets pour qu’il progresse plus vite sur cette enquête, mais c’était le calme plat dans ses méninges. Il ramait. C’était habituel. Son cerveau fonctionnait comme ça. Une intuition, une accélération brutale de tous les neurones, dont les interactions lui réchauffaient les tempes. Des synapses en mouvantes connexions. Et puis le soufflé retombait, et la danse se faisait slow, avant de terminer en sur-place exaspérant. Piétinement.
L’aiguillon qui avait actionné la machine, cela avait été la référence au latin. Le comité décisionnaire du journal avait évincé plusieurs pistes, les unes après les autres : les « Nada », « Nombrilistes » et « Négationnistes » se réduisaient à des impasses. N. ne voulait rien dire de connu.
N. était-il un homme ? N. impliquait-il un groupuscule prêt à braver les lois pour exister sans attache ? Cette secte ou cet individu ne resteraient pas anonymes. Et si « N » signait ses blasphèmes d’une référence aux Romains ?

Alliant une haine politique et sociétale avec la technologie la plus futuriste, N anéantit les salauds de la terre au profit des indigents.

Nihil ex Nihilo – #11, Cendrine Bertani, nouvelles, collection « Il est N », prix 2,99 €, 9791023409116

Une version papier est disponible chez The Book Edition

Les commentaires sont fermés.

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :