Le Visiteur II et III

L’esprit de la chair et du désir dans un récit intense de rencontres, fantasmées ou réelles ?  

IL EST VENU hier soir.

Ma monstrueuse amante, il a murmuré à mon oreille, puis il m’a dévêtue complétement et – sans me lâcher du regard – il a effleuré mon corps frissonnant du bout des doigts de sa main gauche, très lentement, d’un pore à l’autre, en tenant de sa main droite ma fente extrêmement ouverte sans la pénétrer, puis après m’avoir léché et mordu le visage tout entier, il est parti.

J’ai erré toute la nuit, nue, le poing coincé entre mes cuisses trempées, gémissante et folle, suspendue à cette sensation dans le ventre et les reins et le sexe qui me tient tendue et pleine de lui, bien qu’en manque et en besoin depuis son départ, et ne me lâche pas. Lourde de cette plénitude que rien ne peut traduire, de cet envahissement de lui des reins au ventre au sexe au plus profond dans le sens du fondement de cœur obscur de tous – rein ventre sexe – qui veulent qu’il les touche à pleines mains, pleine bouche, et à l’intérieur, j’ai tenté longtemps, en larmes et en soupirs, de le retrouver mais en vain.

Un texte brûlant, le désir à l’extrême, la passion amoureuse quand la poésie prend chair.

Le Visiteur II et III, Brigitte Guilhot, nouvelles, collection Mélanges, 3.99 €

EAN 9791023409253

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :