Sylvia

Tels sont les dangers que cache l’esprit enfiévré des jeunes filles quand elles approchent « leur écrivain »...

VINCENT se souvient de s’être mis en conditions une semaine avant l’échange avec les lecteurs. Depuis quelques années que les choses progressent, qu’on lui reconnaît un peu le statut d’écrivain, il sait comment ajuster les médicaments et se préparer mentalement.

Aujourd’hui, rencontre dans une médiathèque du Sud. Comme téléguidé par le débit de ses plaisanteries, alternant toujours entre sérieux et je-m’en-foutisme, langage châtié et limites de la bienséance, il a vu les gens sourire, puis rire, puis étouffer leurs rires quand ses blagues flirtaient avec le mauvais goût.

Ce jour-là, Sylvia est dans la salle. Il ne l’a pas remarquée tout de suite, et même, ne l’a pas remarquée du tout. Cause numéro un : elle a 19 ans (ce que Vincent ignore, et dont il se ficherait, de toute façon) ; cause numéro deux : Sylvia, du bas de ses 19 ans, en paraît 16. Mais tout cela, il aura le loisir de le constater parce qu’ELLE, le remarque.

Gober des popers comme des cachous… se shooter à l’admiration et crever de doute sur son talent : les conditions idéales d’un dérapage sont réunies.

Sylvia, Gaëtan Brixtel, nouvelle, collection Noire Sœur, 2.99 €

EAN 9791023409246

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :