A B

En construction

A

Francine Andres
Artiste peintre, peintre en décor, Francine Andres après de nombreuses réalisations de couvertures, de deux bandes dessinées, illustre, d’après une nouvelle de Gilles Vidal, ce récit qui nous projette « De l’autre côté », dans un devenir possible terrifiant, si l’on n’y prend pas garde.

Guillaume Apollinaire
Guillaume Apollinaire (né Wilhelm Albert Włodzimierz Aleksander Apolinary Kostrowicki, herb. Wąż. Apollinaire est en réalité – jusqu’à sa naturalisation en 1916 – le 5e prénom de Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky) est un poète et écrivain français, né sujet polonais de l’Empire russe. D’après sa fiche militaire, il est né le 25 août 1880 à Rome et mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris. Il est considéré comme l’un des poètes français les plus importants du début du XXe siècle.(wiki source)

 

B

Michel Baglin
Né en 1950, Michel Baglin vit depuis l’adolescence à Toulouse. Longtemps journaliste à La Dépêche du Midi, il a reçu le prix Max-Pol Fouchet. Fondateur de la revue Texture, il anime le site littéraire revue-texture. Il est l’auteur de recueils de poèmes et de nouvelles, de romans et de récits dont Les Mains nues (L’Âge d’Homme), L’Obscur vertige des vivants (Le Dé bleu), Entre les lignes (La Table Ronde), L’Alcool des vents (Le Cherche Midi), Les Chants du regard, poèmes sur 40 photographies de Jean Dieuzaide (Privat) et La Balade de l’escargot (Pascal Galodé).

 

Jules Barbey d’Aurevilly
Jules Amédée Barbey d’Aurevilly est un écrivain français, né le 2 novembre 1808 à Saint-Sauveur-le-Vicomte, en Normandie, mort le 23 avril 1889 à Paris. Surnommé le « Connétable des lettres », il a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du XIXe siècle. Il a été à la fois romancier, nouvelliste, essayiste, poète, critique littéraire, journaliste, dandy, et polémiste. (wiki source)

Aline Baudu
Aline Baudu est curieuse des personnes qu’elle peut rencontrer. Elle aime surtout leurs aspérités. Dans ses écrits, elle évoque le quotidien, les gens et leurs failles.
Son premier texte court, elle l’a rédigé en cours d’Anglais à 16 ans. Peu inspirée par les sujets de dissertation, elle a imaginé une histoire. N’excellant guère dans la langue de Shakespeare, elle se contenta de la formule « sujet-verbe-complément », d’une conjugaison au présent et d’un vocabulaire sans fioriture. Style qui finalement caractérise ses nouvelles. Résultat: elle a eu la meilleure note de la classe. Ce qui inconsciemment a du l’encourager…
Elle pratique également la photographie. Seule activité avec l’écriture qu’elle peut réaliser avec ses mains anormalement petites pour une adulte.
Elle écrit quand elle a envie, quand c’est le moment, quand elle peut. Bref, n’attendez pas de ses nouvelles !

 

Hafed Benotman
Né en 1960 à Paris, Hafed Benotman est le dernier enfant d’une famille nombreuse débarquée d’Algérie dans les années 50 et installée en plein Paris. Enchaînant mal de vivre et vicissitudes diverses, il tombe dans le banditisme qui le conduira en prison durant 14 ans au total. Libéré en 1999, il poursuit son action militante anti-carcérale et crée un journal « L’envolée » envoyé aux détenus. Parfois acteur de cinéma, de théâtre et de télévision, il se consacre principalement à l’écriture de polars qu’il publie chez Rivages. En 2003, il publie un roman autobiographique Éboueur sur échafaud (Rivages) qui décrit avec beaucoup de verve cette partie de sa vie. Il écrit aussi de la poésie, des chansons, du théâtre. Il anime des ateliers d’écriture et de théâtre. Acteur pour le cinéma, Hafed Benotman a tenu un second rôle dans Carrément à l’ouest de Jacques Doillon et dans la série policière Central nuit. Il a reçu en 2010 le Grand Prix du meilleur scénariste pour une de ses nouvelles Le maître des mots. En 2011, le film Sur la planche, de Leila Kilani, dont il est le co-scénariste, a été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes.

Mathilde Bensa
Née à Paris en 1960, Mathilde BENSA développe sans modération un goût prononcé pour les voyages, le jardinage et la cuisine. Trois passions qui l’ont guidée dans des ateliers d’écriture où elle aime faire naître des petites histoires, des nouvelles inspirées par ses expériences et ses rencontres.

Patrick Bent
Tombé tout petit dans la marmite de l’imaginaire Patrick Bent a publié son premier roman en 2000. Marin, physicien tendance pataphysique, inlassable voyageur, il s’est établi en Bretagne après de longues années consacrées aux lasers.  Avec une  dizaine de romans au compteur (noirs et polars), il aborde aujourd’hui de nouveaux rivages.

    

Valérie Bernon
Valérie Bernon est née en Bretagne, un jour d’été où il ne pleuvait presque pas, et en a hérité le caractère bien trempé. Curieuse de tout, elle devient contrôleur aérien après des études de lettres. Ses ailes l’emportent alors aux quatre coins du pays où elle fait de nombreuses rencontres, déroutantes parfois, enrichissantes très souvent. En 2014, elle se met à l’écriture de nouvelles imprégnées de sa sensibilité à fleur de peau et teintées d’ironie.

 

Laurence Biberfeld
Laurence Biberfeld est née à Toulouse en 1960. Elle s’est barrée du lycée avant d’apprendre la philosophie et du nid parental avant d’avoir des plumes. Après quatre ans de n’importe quoi, elle a passé le bac en candidate libre. N’ayant pas les moyens de faire des études, elle a décidé d’enseigner, principalement à des maternelles qui ne se sont rendu compte de rien. Elle a fait trois enfants, puis a décidé d’arrêter de les nourrir en crevant de sa plume. Ce qu’elle fait, avec grand plaisir, depuis une dizaine d’années : en galère comme en croisière, on voit du pays et sans voyager beaucoup. Son dada consiste à déménager tous les deux ou trois ans. Elle dessine aussi. Publiée pour la première fois en Série Noire en 2002, et pour l’avant-dernière en 2013 chez Au-delà du raisonnable.

Jon Blackfox
Ex-trader et authentique rentier, auteur porno réputé pervers, Jon Blackfox a trouvé refuge en pleine nature à la suite d’un burnout carabiné. Il écrit de la fiction sur le sexe depuis son bunker entre deux sorties à la lueur de la lune.

Antoine Blocier
Antoine Blocier a fait ses classes dans l’action socioculturelle, bénévole et salariée, avant de bifurquer dans la fonction publique territoriale.
Tour à tour, il sera comptable, démarcheur publicitaire, videur de poubelles, chauffeur livreur, vendeur de vin fin, employé de bureau, animateur, formateur… pour terminer spécialiste des questions d’enfance, de jeunesse et de démocratie participative.
Vieux briscard de la vie sociale, professionnel de l’animation, militant politique, élu municipal, il s’échine à traquer les dysfonctionnements du quotidien. Parfois c’est dans l’action revendicative, parfois c’est avec une petite histoire qu’il se bat. « Une autre façon de dire les choses, comme d’autres font des chansonnettes sur leur guitare». Il pratique la randonnée en montagne et le parapente, deux façons pour lui de prendre de la hauteur sur les mesquineries de la planète et de s’offrir une parenthèse dans la grisaille de l’existence.
Antoine Blocier se proclame lui-même « auteur du dimanche », car c’est surtout ce jour-là que son intense activité professionnelle et son mandat d’élu local lui laissent un peu de répit, qu’il met à profit pour prendre la plume. Autant de fonctions qui nourrissent sa vision critique du monde. Cela transparaît dans ses écrits, qu’il s’agisse de polars, de nouvelles ou de pamphlets.

Patrick Boman
Patrick Boman (né en 1948 à Stockholm) est un écrivain de langue française, de père suédois et de mère française.
Il vit à Paris, où il est correcteur pour un hebdomadaire national. Il a passé beaucoup de temps en Inde. Voyageur impénitent, d’une curiosité universelle, Patrick Boman est un observateur aigu des mœurs de ses contemporains et un moraliste distancié à la manière du XVIIIe siècle, exprimant dans des récits à la fois truculents et profonds une vision du monde d’un humanisme teinté de pessimisme. Sa série « Peabody », aux éditions Picquier, met en scène un officier de police de l’Empire des Indes très peu « politiquement correct ». A la charnière des XIXe et XXe siècles, l’inspecteur Josaphat Mencius Peabody dénoue des intrigues souvent macabres en se souciant moins d’épargner l’arrogance de ses compatriotes que de rendre une justice équitable envers les autochtones.
Source : Wikipédia et éditions Picquier

Olivier Bordaçarre
Olivier Bordaçarre est écrivain, comédien et metteur en scène et formateur depuis 1992. Il joue les textes d’auteurs tels qu’Adel Hakim, Jean-Claude Grumberg, Pasolini, Danielle Sallenave, Charles Juliet, Pinter, Rimbaud. Il crée Le Théâtre de l’Olivier en 2000 et écrit ses propres créations. Il encadre de nombreux stages et ateliers de formation (théâtre, écriture, lecture…) dans des structures telles que : CEMEA ; collèges, lycées ; associations théâtrales ; compagnies d’amateurs ; hôpitaux psychiatriques ; instituts médicopsycho-pédagogiques ; associations d’insertions professionnelles… Ses deux premiers romans, « Géométrie variable » et « Régime sec », ont été publiés par les Editions Fayard. Son roman « La France Tranquille » est sorti chez Fayard Noir en septembre 2011 et « Un Festin Nu », nouvelle poétique érotique, chez Tarabuste en décembre 2011.

Marie-Claire Boucault
Diplômée de lettres, Marie-Claire Boucault a longtemps travaillé dans l’édition comme directrice de collections dans le domaine de la science-fiction (Fleuve noir). Mais quand elle prend la plume, c’est pour raconter des histoires bien ancrées dans notre époque, où le maître mot est le suspense. Depuis sa première nouvelle parue au Fleuve noir, en passant par ses romans « Souris noire » chez Syros, et jusqu’au premier « Polarado » de Ska, elle met en scène des jeunes héros du quotidien en proie à des difficultés inattendues.

Jérémy Bouquin
Du polar, un peu de radio, un peu de vidéo, un peu de scenario de BD… Un berrichon devenu tourangeau qui raconte des histoires souvent très courtes. Auto-éduqué à grands coups de néo-polar, de « hard boiled », Jérémy Bouquin trouve donc naturel de se consacrer à la description subjective de cette vie de tous les jours qui tourne en vrille.

Patrick Boutin
Venu tard à l’écriture, Patrick Boutin a publié des nouvelles à l’humour grinçant dans les revues en ligne : Infusion et L’ampoule, dans les revues papiers : Créatures et Chemin-faisant, et de la poésie en ligne sur les sites des revues: Poesiano et Accent libre, dans les revues papiers : Lélixire et FPM, et bientôt dans la revue Le dézopilant. Ses textes contiennent une dose d’humour noir, mêlé au swing des mots. Tout est bon, poésie, théâtre, nouvelles, délicatesse et gauloiserie, le bon et mauvais goût, le trash poétique en un mot.

Gaëtan Brixtel
Fichtre ! Il faut se présenter. Après une belle carrière d’étudiant raté – notamment comme Illettré Moderne – Gaëtan Brixtel se découvre une vocation en devenant agent de bibliothèque par accident, et compte bien le rester avec l’aide de Dieu (ou de son conseiller en insertion). Il écrit des histoires depuis qu’il sait qu’on peut le faire. Sa première nouvelle publiée par le Village du Livre de Cuisery l’incite à penser qu’il ne perd pas complètement son temps. Il participe de temps à autre à des concours qui, hélas, renâclent un peu à l’odeur de joints et de cadavres en putréfaction. En 2014, il soumet une nouvelle aux éditions Ska, et – Ô miracle, Ô jour du seigneur ! – elle est acceptée. Bref, si vous entendez parler de lui, c’est purement par hasard…

Michel Bussi
Michel Bussi (né le 29 avril 1965 à Louviers) est un auteur français de romans policiers.
Son premier roman, Code Lupin, s’est vendu à plus de 7 000 exemplaires et a ensuite été publié en feuilleton, pendant 30 jours lors de l’été 2010 par le quotidien Paris Normandie. Son deuxième roman, Omaha crimes, a obtenu le prix Sang d’encre de la ville de Vienne en 2007, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens 2008, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen 2008, le prix Octave Mirbeau de la ville de Trévières 2008 et le prix des lecteurs Ancres noires 2008 de la ville du Havre, devant les meilleurs auteurs de polar de l’année.
Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l’Armada 2008 de Rouen, et qui s’est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d’exemplaires. Mourir sur Seine a obtenu en 2008 le prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde). Il a publié en 2009 un nouveau roman, Sang famille, destiné à la fois aux adultes et aux adolescents. En 2010, il participe au recueil de nouvelles Les Couleurs de l’instant, avec une longue nouvelle, T’en souviens-tu mon Anaïs ?, qui se déroule à Veules-les-Roses et traite de la « légende » d’Anaïs Aubert.
À partir de 2010, il est publié aux Presses de la Cité. Son roman Nymphéas noirs, huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, sort le 20 janvier 2011. Il obtient un succès critique et populaire important, et remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d’Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d’encre »), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011.
En janvier 2012, il publie son sixième roman, Un avion sans elle, toujours aux Presses de la Cité. S’il reste fidèle aux intrigues psychologiques basées sur les faux-semblants et la manipulation du lecteur, mêlant passé et présent, ce roman pour la première fois n’est pas principalement situé en Normandie. Salué par Gérald Collard comme le polar de l’année, Un avion sans elle est récompensé par le prix Maison de la presse 2012, le prix du roman populaire 2012 et le prix du meilleur polar francophone 2012 (Montigny-les-Cormeilles). Vendu à plus de 40 000 exemplaires au cours de l’année 2012, il est actuellement en cours de traduction dans plusieurs pays européens et hors d’Europe (Espagne, Allemagne, Italie, Russie, Bulgarie, Pologne, Corée…). Les droits ont été achetés pour une adaptation cinématographique.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :