Hombres

Quand la poésie du pauvre Lelian transcende ses amours mâles…   [...] Mes amants n’appartiennent pas aux classes riches : Ce sont des ouvriers faubouriens ou ruraux, Leurs quinze et leurs vingt ans sans apprêts sont mal chiches De force assez brutale et de procédés gros.   Je les goûte en habits de travail, cotte et... Lire la Suite →

Je n’aime pas

Les détestations jubilatoires de Pierre Louÿs déguisé en Père-la-morale… Je n’aime pas qu’Agnès prenne pour concubine Sa bonne aux cheveux noirs, gougnotte s’il en fut, Qui lui plante sa langue au cul comme une pine Et qui lui frotte au nez son derrière touffu. Je n’aime pas à voir la belle Bordelaise Dont la bouche... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑