E F G H

E

Alain Emery
Alain Emery est né en 1965 à Saint Brieuc. Ce qu’il aime, c’est fouiller nos entrailles, arpenter nos ténèbres. Mais qu’il s’attaque à des nouvelles, des polars ou de la poésie, son plaisir, c’est avant tout de faire tenir debout des châteaux de cartes. Pour le reste, on le surnomme parfois Le Grizzly. Ce n’est sans doute pas par hasard.

Patrick Eris
Patrick Eris est le pseudonyme d’un traducteur multi-récidiviste. Il est l’auteur d’une trentaine romans et d’autant de nouvelles rassemblées dans le recueil « Docteur Jeep » (Rivière Blanche) Il aime les giallo italiens, les trois-cylindres anglais, les bières belges, les sushis japonais, les motos américaines, les plats méditerranéens, mais est bien content d’habiter en France (Créteil), lorsqu’il ne sillonne pas l’Europe à moto pour des festivals d’obscures musiques gotho-électro-industrielle.

Etel
Ce qui la définit le mieux ?
« Sans la musique, la vie serait une erreur, une besogne éreintante, un exil. » Nietzsche
« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. » Marc-Aurèle
« Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien. » Pierre Desproges. Tout le reste n’est qu’anecdotes…

F

Pulcher Femina
Pulcher Femina, un fantôme, un fantasme ?
Plutôt une femme, ni «  moderne », ni «  libérée », ni «  soumise », qui fait fi des étiquettes, mais a juste décidé de vivre pleinement sa sexualité, seule ou avec son mari, éternel complice, et vous raconte ses expériences.

Paul Féval (père)
Feuilletoniste, dramaturge, auteur très prolifique de près de deux cents écrits dont une majorité de romans populaires, ami de Charles Dickens, Paul Féval (1816-1887) est l’auteur de quelques grands romans fantastiques comme La Vampire (1865) et de cape et d’épée comme Le Bossu (1857) et son fameux Lagardère, adapté plusieurs fois à la télévision et au cinéma. Son succès est immense, à l’égal de Balzac et d’Alexandre Dumas.

Eric Fouassier
Eric Fouassier est né en 1963, en région parisienne. Il a commencé par exercer tout un tas de métiers : pompier, pilote de course, ingénieur des fleurs, inspecteur de police, chercheur d’or, mousquetaire, cow-boy solitaire… Et puis un beau jour, disons vers l’âge de 6-7 ans, il a appris à lire et à écrire. Ça lui a tellement plu qu’il a prolongé ses études jusqu’à obtenir un doctorat en pharmacie puis un doctorat en droit et devenir professeur des universités. Il s’est dit alors que le temps était venu de se poser et d’écrire ses propres livres. Depuis, il alterne avec bonheur : ouvrages de littérature générale et romans policiers.

Fougeret de Montbron
Louis-Charles Fougeret de Monbron (aussi orthographié Montbron), né le 19 décembre 1706 à Péronne et mort le 16 septembre 1760 à Paris, est un homme de lettres français. « L’univers est une espèce de livre dont on n’a lu que la première page quand on n’a vu que son pays ». Il est l’auteur de Le Cosmopolite ou le Citoyen du Monde (1750), La Henriade travestie, sans doute l’ouvrage burlesque le plus diffusé du siècle des Lumières, où il s’est livré à une parodie presque vers par vers de l’original. le Préservatif contre l’anglomanie (1757) et La Capitale des Gaules ou la Nouvelle Babylone (1759), visant respectivement l’Angleterre et Paris. Il a traduit Fanny Hill de John Cleland, sous le titre de La Fille de Joie (1751). On lui doit des récits libertins comme Le Canapé ou Canapé couleur de feu (1741), une réponse au Sopha de Crébillon, qui circulait alors en manuscrit, ou Margot la ravaudeuse (habituellement datée de 1750, mais plus vraisemblablement parue en 1753 après une première tentative d’édition avortée en 1748), ouvrage auquel son nom demeure attaché. (wiki source)

Catherine Fradier
Née en 1958 dans la Drôme, Catherine Fradier a été successivement réceptionniste, barmaid, fonctionnaire de police, agent de sécurité, commerciale, propriétaire d’un bar restaurant dans le Vercors, assistante administrative, surveillante de nuit, VRP dans l’édition pour la jeunesse.
Devenue complètement inadaptée au travail salarié, elle a décidé de ne se consacrer qu’à ce qu’elle aimait faire, à savoir l’écriture. L’écriture sous toutes ses formes : romans policiers et d’espionnage, scénarios de courts et de longs métrages, animation d’ateliers d’écriture dans les établissements scolaires et les bibliothèques…
Elle est l’auteure de plus de 16 romans, adultes et jeunesse, et a reçu de nombreux prix. Elle vit et écrit à Valence dans la Drôme.

G

Arnould Galopin
Arnould Galopin, né à Marbeuf (Eure) en Normandie le 9 février 1863 et mort à Paris le 9 décembre 1934, est un écrivain français prolifique, un maître du roman populaire extrêmement fécond et injustement oublié. Il obtient en 1918 le grand prix de l’Académie française pour Sur le front de mer, un roman sur la marine marchande pendant la première guerre mondiale. Il est l’auteur d’une foultitude d’ouvrages d’aventures pour la jeunesse, de romans de science-fiction dans le style de H.G. Wells et de Jules Verne, parmi lesquels Le Docteur Omega (1906), La Révolution de demain (1909) et de romans policiers. Il a créé entre autres Ténébras, le bandit fantôme, rival de Fantômas et de l’inspecteur Allan Dickson, l’un des prototypes du détective Harry Dickson, le héros mythique de Jean Ray. Galopin a fait de Dickson le coéquipier de Sherlock Holmes dans L’Homme au complet gris (1912), un des premiers pastiches de Sherlock Holmes en français. Il a écrit enfin les aventures du gentleman cambrioleur Edgar Pipe, rival de Raffles et d’Arsène Lupin qui connaîtra trois incarnations: Mémoires d’un cambrioleur retiré des affaires (1922), La Résurrection d’Edgar Pipe (1933) et La Dernière incarnation d’Edgar Pipe (1934). Pour en savoir plus sur Arnould Galopin, lire l’ouvrage de Pierre Chevallier Arnould Galopin, Homme de lettres – Romancier populaire, 1863 – 1934, PGC éditions.

Cyril Gely
Cyril Gely est romancier, auteur de théâtre à succès, plusieurs fois nommé aux Molière : Signé Dumas (Francis Perrin/Thierry Frémont), Diplomatie (Niels Arestrup/André Dussollier) et scénariste (Chocolat de Roschdy Zem avec Omar Sy et James Thierrée). Il a reçu le Grand Prix du jeune théâtre de l’Académie Française, le Prix du Scénario au festival International de Shanghai et le César 2015 de la Meilleure adaptation pour Diplomatie, tourné par Volker Schlöndorff.

Gervaise de la Touche
Jean-Charles Gervaise de Latouche, né le 26 novembre 1715 à Amiens et mort le 28 novembre 1782, est un écrivain français.
On attribue à Gervaise de Latouche, qui était avocat au Parlement de Paris, les ouvrages licencieux Mémoires de Mademoiselle de Bonneval (1738) l’Histoire de Dom Bougre, portier des Chartreux (1741) et, peut-être, Lyndamine, ou, L’optimisme des pays chauds (1778).

Gildas Girodeau
Gildas Girodeau est né à Collioure en 1953 ; son enfance dans ce petit village de pêcheurs lui a donné très tôt le goût de la mer. Il s’en suivit qu’une bonne partie de son existence s’est passée sur toutes sortes d’engins navigants, et que parfois ça « transpire » dans ses romans.Ce n’est qu’en 1997 que ses écrits rencontrèrent un public.  La commune de Saint André l’honora alors d’un prix littéraire pour une nouvelle noire intitulée Voyage à Kyros, qui devait servir d’ossature à Rouge Tragique à Collioure, son premier roman publié. Ce prix, qui lui fut remis par l’écrivain catalan Joan Tocabens, est l’événement qui l’a réellement lancé dans l’aventure littéraire. Aujourd’hui, sa vie professionnelle se partage entre agriculture bio et écriture, deux activités à la fois si différentes et si proches, finalement si passionnantes, qu’il ne saurait renoncer à aucune.
Dernières parutions : Polars : La paix plus que la vérité, Au-delà du Raisonnable, 2012, Deliri Nuclear, Curbet édicions, traducció catalana, 2012, Jeunesse Tempête sur la belle Maria, éditions du Jasmin, 2013

Nigel Greyman
Nigel Greyman est né à Liverpool en 1967. Abandonné par sa mère, il est adopté par une couple lyonnais qui le renvoie au bout de six mois parce que c’était « un chieur ». Au cours de ses pérégrinations d’établissements en établissements en passant alternativement dans les salles de muscu et par la case prison, il se réfugie dans les bibliothèques où la lecture l’emmène vers un ailleurs libérateur. Lecteur compulsif, littérateur en devenir, Greyman n’a pas fini de surprendre.


Dominique Guérin
LIRE et ECRIRE sont deux verbes actifs qui, dès mon plus jeune âge, ont orienté ma vie : rêveries par procuration – études de Lettres – rédaction publicitaire. Comment s’étonner alors que mes loisirs se traduisent en mots, en phrases, en nouvelles ? Que du plaisir. Mon challenge favori : participer à des concours pour contrebalancer par mon imagination les chartes strictes qu’impose mon job. Du coup, j’en ai gagné un certain nombre –pas tous, n’allez pas croire !- Mais un éditeur a sélectionné quelques-uns de ces textes lauréats pour les rassembler en un recueil : AUX PETITS BONHEURS MALCHANCE ! chez Jacques Flament Editions. Seule étrangeté à mes yeux : j’écris du noir bien qu’étant une incorrigible optimiste…

Brigitte Guilhot
Fille d’une Louve et du Vent, Brigitte Guilhot a vu la nuit au milieu du siècle dernier. Toute petite déjà elle planta ses griffes et sa truffe dans l’humus de l’Écriture et mordit à pleines dents dans la chair des Mots dont elle arrachait la substantifique moëlle pour la grande satisfaction de ses profs de français qui s’emmerdaient beaucoup par ailleurs en corrigeant leurs copies – ce qui ne l’empêcha pas de se faire virer de partout. Auteur d’un roman haletant, Soluble, paru en juillet 2014 à L’Ours blanc (qui se trouve être son animal-totem), de romans et nouvelles plus ou moins noirs ou chauds publiés ou non, d’une correspondance de prison avec Hafed Benotman à paraître incessamment sous peu chez Miss Ska, et d’autres billevesées littéraires, elle promène chaque nuit ses yeux rouges dans la cité endormie en chasse d’inspiration et fait ses courses au Franprix le jour.

H

Sylvette Heurtel
Sylvette Heurtel aime lire, écrire, les voyages, les villes du bord de mer, les îles et les bateaux. Aime aussi les écoles, les rencontres, les conversations sérieuses avec des inconnus de quatre à quatre-vingt-cinq ans. Lire l’aide à vivre les jours où elle ne voyage pas, ne voit pas de bateaux, n’aime plus son travail et a peur des gens. Ecrit des mémoires, des synthèses, des rapports, des comptes-rendus et, depuis 2006, les jours où elle parvient à s’y consacrer, des nouvelles. L’écriture lui procure le  bonheur d’entrer dans les histoires et la frustration de n’avoir jamais assez de temps pour y rester.
A publié Contes malpolis et Contes déraisonnables, deux recueils de nouvelles aux éditions Henry des Abbayes. Prépare un nouveau recueil pour l’été 2013. Bouches cousues a été primé par Toulouse Polar sud en 2011.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :