Asile

Les crimes politiques ont toujours besoin de nervis aux mains sales… Moi, j’étais englué dans un mélange poisseux de honte et de trouille. Nuit noire, noire besogne. Mon âme ânonnait son humanité. Tâtonnait. Je restai pétrifié jusqu’à ce que l’image de Me Jarrier revenant nous expulser vint aiguillonner ma conscience. Le spectre d’une déchéance sociale a balayé mes dernières... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑