Minette

Alphonse Momas, avec Minette, aborde le sujet des langues vivantes... et autres joyeusetés…   [...]Oh ! les pensées des femmes, dans ces journées d’été, où les insectes eux-mêmes ont le toupet de parler d’amour !… Et Hélène avait vingt-cinq ans !… Elle était belle, ai-je besoin de le dire ? et faite comme la Vénus Aphrodite… Des seins ! oh !... Lire la Suite →

Kraken, mon amour

Échappant à la lubricité d’un tyrannosaure, l’étreinte d’un kraken câlin conduit Cath au sommet de la jouissance… Les huit bras savaient quand être doux ou durs, pressants ou légers. Ils roulaient, malaxaient, aplatissaient sa peau, semblable à de la pâte à pain. Kraken était son artisan boulanger. Elle ronronnait sous la pression des bras et des mini-tentacules rattachés,... Lire la Suite →

La femme aux chiens

L’héroïne succombe à la lubricité de ses chiens jusqu’à la folie… N’en déplaise aux gens bornés, aux faux sages ou aux entichés d’une morale restrictive et surannée entre cette femme et ses animaux, dans la monstruosité du contact charnel qui les unissait, un courant passionnel se formait par lequel l’intelligence canine s’élevait à la compréhension... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑