Juste un weekend

Un embrasement des sens, le temps d’un weekend, méritant d’être couché par écrit… « J’ai presque pas dormi. Karl était calé dans mon dos, sa main entre mes seins. Je sentais son souffle chaud dans ma nuque, sa respiration régulière. Nous deux nus, notre première nuit, son corps chaud, ses cuisses collées à mes fesses,... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑