L’Empathe saute le pas

Georges se découvre une étrange disposition qui va bouleverser sa vie, l’amenant à traquer un serial killer... Je m’appelle Georges Marchais. C’est pour ça que mes potes appelaient ma femme Liliane. C’est pour ça qu’elle est partie. Drôle de prénom quand on s’appelle Marchais. Les plus anciens comprendront. Pourtant mes parents étaient loin d’être communistes.... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑