L’étier meurtrier

A défaut d’orties, on peut aussi pousser mémère dans l’étier… Ploc !... Zaza avait chuté face contre terre et s’était littéralement enfoncée dans la vase. Seules ses gigantesques fesses émergeaient, formant un bas-relief. Si elle n’avait pas rendu l’âme sur le coup, elle s’était étouffée, prise au piège de l’étier, tel un insecte sur du papier... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑