Hombres

Quand la poésie du pauvre Lelian transcende ses amours mâles…   [...] Mes amants n’appartiennent pas aux classes riches : Ce sont des ouvriers faubouriens ou ruraux, Leurs quinze et leurs vingt ans sans apprêts sont mal chiches De force assez brutale et de procédés gros.   Je les goûte en habits de travail, cotte et... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑