Odor di femina

L’odorat, ce sens si délaissé en littérature, est ici magnifié en tant qu’aiguillon sexuel… Un bijou de sensualité…  Je lui fis lever les bras, me glissant jusqu’aux aisselles, mordillant les poils mouillés ; ici, chez cette grosse fille rousse, l’odeur était plus forte que chez la brune, je l’aspirai à plein nez. Décidément cette odeur de... Lire la Suite →

Thérèse

Le récit d’un itinéraire galant au XVIIIe siècle, partant des supplices du couvent vers les délices voluptueux de la luxure libératrice… (Préface Franq Dilo) Pourquoi craindre d’écrire des vérités utiles au bien de la société ? Eh bien, mon cher bienfaiteur, je ne résiste plus : écrivons ; mon ingénuité me tiendra lieu d’un style épuré chez les... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑